26/06/2006

Une vie pour rien

Quelques coups,

Vie effacée,

Vie oubliée,

Consensus mou,

Tous sont d’accord

Contre cette inutile mort,

Grande déclaration

Grosse indignation ;

Le soufflé retombe,

Il est dans sa tombe,

On rentre chez soi

Jusqu’à la prochaine fois.

20:32 Écrit par 0 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/06/2006

Don

Le bateau coule

Vaincu par la houle,

L'eau monte et gronde,

Et personne à la ronde,

Une tête apparaît,

Il l'aide à respirer,

Sur un radeau l'aide à monter

Soudain une vague,il disparaît,

Succé par le fond,

Il tourne en rond.

Il sait que c'est fini,

Et pourtant ,il rit

Donner sa vie pour quelqu'un

N'est-ce pas le but de chacun.

15:52 Écrit par 0 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/06/2006

Ils marchent

Gamins et gamines marchant dans la rue ?

Qui se croira presqu'heureux?

Qui sera porter aux nues?

Dans un proche ou lointain avenir hasardeux.

Qui vite mourra?

Qui longtemps survivra ?

Tout ces destins en marche

Qui se croisent et se heurtent,

Qui s'ignorent et se regardent

Tous passant sous l'arche,

De la vie incertaine ,

Qui parfois à rien ne mène.

 

16:04 Écrit par 0 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

19/06/2006

Voyeur

A trop révéler,

A trop montrer ,

Nous tuons le rêve,

Soumis à l'actualité sans trève.

Tout est raconté,

Tout est dévoilé,

Vive le mystère d'une aimée voilée,

Que l'on découvre pendant une vie,

Pauvre beauté sur internet exposée,

Son image par une caméra ravie.

Doucement glissé dans la nuée

Seul face à sa rosée,

Nous dérivons dans le désir,

Qu'aucun oeil indiscret ne peut saisir.

16:37 Écrit par 0 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

13/06/2006

Indignation

Enfant esclave,

De coups soûlés,

Regards distanciés,

Sur cette petite épave,

Zappons vers le mondial,

Pour oublier le mal,

Gommons avec volonté,

Ces petites indignations

Qui rident nos perceptions,

D'un vent léger.

Vite offusqué,

Vite oublié,

Par les révoltés de salon,

Bien protégés dans leur cocon.

 

 

 

 

11:12 Écrit par 0 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |