21/09/2005

Déception

Fuir devant l’ami

Qui comptait sur lui,

Oublier de tendre la main

Qui aurait secouru enfin,

Un proche secoué par le destin

Qui l’a attendu en vain.

Dégoût du malheur

Rejet du moindre pleur,

Il ne veut pas le voir

Il préfère croire

Que la vie est un rêve

Que le bonheur est sans trêve.

Pauvre imbécile

Reflet d’une société débile,

Qui prône le bonheur tout le temps

Qui nous cache les tourments

Qui accablent les simples gens.

Oublié,

Laminé,

Ecrasé par les mauvais vents.

Déçu par l’ami

Qui ne fit pas le geste

Qui lui aurait permis,

Du bonheur goûter les restes.

Tout sera oublié,

Rien ne sera pardonné,

Tous seront broyés

Par l’indifférence des anciens aimés.



07:54 Écrit par 0 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.