04/04/2005

Prier

Mort d'un monarque spirituel,
Mort d'un enfant au Sahel,
De qui des deux va-t-on se soucier,
Qui sera le plus vite oublié.
Ne faudrait-il pas plutôt prier,
Pour tous ces jeunes gommés du monde,
En silence ,et qui n'auront pas de tombe.
Mort sur le bord de la route,
Vite embrassé sans doute,
Par des parents submergé,
Par une infinie pauvreté.
Tué par l'oubli,
Rejeté par la négligence,
Des mondes de biens remplis,
Qui ne pense qu'à l'ingérence,
A  protéger leurs marchés,
Plutôt que prier pour les oubliés. 
 
 
 




17:08 Écrit par 0 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

belle prière Bien beau poème. Je suis bien d'accord.
Dans l'église il y a toujours eu les Bossuet et les saint-françois... Mais le monde est ainsi et comme disait A. Jacquard:" faire une société de gagnants c'est faire une société de perdants."
Je suis du côté des perdants.
Tous ces grands vont aller prier à Rome... pffffffffffffffffffff

Écrit par : mik | 05/04/2005

En visite, non sans convictions !!! Je me rends à ton invitation avec beaucoup de bonheur. Découvrir les textes que tu écris avec une très belle plume me réjouit. Je reviendrai, promis.
Je trouve que tu as le courage de tes opinions par rapport au sujet "papal" surdimensionné , écoeurant et réducteur par rapport à l'actualité de notre planète.... Si l'on pouvait déplacer 3 millions de personnes pour apaiser les souffrances, les tortures, la famine, le SIDA, le terrorisme,pour lutter contre toute forme d'intégrisme et de discrimination, pour protéger les humains et toutes les espèces vivantes présentes et à venir dans ce monde en péril, .....alors j'irais à Rome où ailleurs , non pour pleurer,mais pour construire.
La mort attendue d'un vieil homme, (qui vécut heureux, puissant et comblé de surcroit), est l'évènement le plus normal qui soit. Nous passerons tous par là ( avec moins de faste, ouf).
Pour moi, l'expression de toute conviction religieuse est affaire personnelle et non affaire d'Etat.
Pour moi, Chaque fois que le "religieux" ( quelqu'il soit) se mèle du civil, du privé, du social et du familial, il y a atteinte aux libertés fondamentales de l'individu.

Écrit par : muffy | 07/04/2005

Les commentaires sont fermés.