13/02/2005

Placements humanitaires

Enfant africain qui bientôt mourra de faim,
Que feront nous pour toi demain,
En parler dans les riches salons des capitales,
Décider dans l'une des opulentes organisations internationales,
Où des cadres royalement payés,
Pensent plus à leurs carrières qu'à vous, les oubliés.
Omis par l'information car tu meurs isolé,
Sans fracas ,sans effet calculé.
Qu'importe quelqu'un qui décède seul dans une case,
De recettes publicitaires,il ne sera jamais la base.
Il faut du visuel ,de nouveaux malheureux ,
Du spectaculaire, sous de  nouveaux cieux.
Oublions vite ce mort classique,
Depuis 50 ans qu'on meurt en Afrique;
Tournons nous vite vers un continent porteur,
Qui aujourd'hui truste l'ensemble du malheur;
Et tant pis pour l'enfant africain,
Qui ne fera jamais les gros titres ,demain.
Investissons dans des pays qui aujourd'hui démunis ,
Seront nos futurs riches acheteurs,
Ainsi pensent nos économistes décideurs.
Qui place leurs dons chez de potentiels amis.
Déchiré, battu, méprisé et spolié,
Voici le noir futur du continent oublié.
 
 
 
 



09:07 Écrit par 0 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.