06/02/2005

Oublié

Il dépose leur moi en gage,
Et, souvent après de nombreuses heures de nage;
Il se noie devant l' usurier de la vie,
Qui toujours leur mérite nie.
Il n'est qu'une personne ordinaire,
Oubliée car considérée comme vulgaire;
Par les  caporaux de la bonnes manière,
Qui se croient la perfection altière,
Ils sont sans le savoir dans l'erreur,
Car depuis longtemps mort est leur coeur.
Croire qu'on détient une parcelle de savoir,
Ne donne pas droit de briser l'espoir,
De celui qui nage dans le noir;
De celui que la vie laisse choir.
 
 
 

17:01 Écrit par 0 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.